//google analytique

lettre info visiteurs

Facebook like et box

Connexion

Les élèves précoces sont les bienvenus à Montgaillard

Les élèves précoces sont les bienvenus à Montgaillard
 
 

Une dizaine de parents étaient réunis hier au collège pour s’informer. (Photo Eric Lejoyeux)

 
 

 

ÉDUCATION

Un élève qui pose plein de questions à l’école, qui se permet de signaler une erreur à l’enseignant, et qui n’a pas forcément un comportement scolaire... C’est peut-être un des "enfants intellectuellement précoces" comme les désigne le ministère, ou des "enfants à haut potentiel" comme on les appelle au collège Montgaillard (Saint-Denis).

Car depuis l’année dernière, l’établissement accueille cinq de ces enfants qu’on appelle parfois "surdoués", mais qui n’ont pas forcément 20/20 à tous les devoirs, comme le rappelle le principal Jean-Marc Spampani. Au milieu des 847 collégiens, ils forment un petit groupe dont la différence est expliquée aux camarades : trois ont un an d’avance, et l’un a deux ans d’avance sur les autres élèves de 6e.

"Il faut avoir une écoute particulière pour ces enfants, car ils ont des spécificités" explique Valérie Massiau, professeure d’éducation physique et sportive et coordonnatrice du projet. "Ils font le même programme scolaire que les autres élèves". Mais plus facilement que d’autres, ils s’inscriront dans les ateliers scientifiques après la classe, s’engageront dans plusieurs compétitions sportives, participeront aux jeux mathématiques, ou à l’atelier de poterie ou de guitare. L’objectif de ce dispositif, rappelle la conseillère d’orientation et psychologue du collège, "c’est à la fois l’éducation et l’intégration". En accueillant ces enfants, l’équipe pédagogique leur propose des activités attractives pour qu’ils se sentent bien au collège. Le fait d’être regroupés dans une même classe leur évite de se sentir marginalisés au milieu de camarades dont ils ne partagent pas toujours les centres d’intérêt. Cette démarche répond au besoin de plusieurs parents qui se sont déplacés hier pour une réunion d’information. Marie-Aude, mère d’un garçon de 10 ans, qu’elle décrit comme "assez perturbateur", souhaite l’inscrire à la rentrée prochaine à Montgaillard.

"Mon souci, c’est que mon fils apprenne la méthodologie, respecte les règles, s’insère dans la société" espère-t-elle. Longtemps déconcertée, elle reconnaît : "mon fils a eu la chance d’avoir un maître exceptionnel en CM1, à l’école Benjamin-Hoarau, au Port. C’est lui qui m’a dit : votre fils pose des questions pertinentes ; ne serait-il pas précoce ?" Le test pychologique a répondu "oui". Pour tous les parents concernés, il est encore temps de contacter l’équipe éducative du collège Montgaillard pour solliciter une inscription en 6e (16 places sont ouvertes) ou en 5e. Renseignements : 0262 92 99 30 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

V.H.

L'école en voyage... avec 9 enfants!

source: http://www.espaces.ca/categorie/destinations/famille/article/972-lecole-en-voyage-avec-9-enfants

Avril 2012 par Michèle Leclerc

Qui ne rêve pas d'une salle de classe avec vue sur les pyramides d'Égypte ou carrément sur une banquise en Arctique? Chez nous, nos neuf enfants ont troqué leur chaise contre une selle de vélo ou un dos de cheval!

Les cours de récréation de nos petits aventuriers s’agrémentent d'un château de sable sur une plage ou d’une balade à dos de dromadaire. Dans l'avion, ils rédigent leur première page de journal. Dans les dernières, nous y lisonsde la sagesse entre les lignes et de la maturité entre les mots. Comment y arrive-t-on? Combien de temps y consacrent-ils? Et surtout, qu’en pense la loi québécoise?                       

Selon la législation de la province, le voyage ne doit pas avoir pour conséquence de créer des lacunes ou un retard dans la scolarité de nos petits. D’après le Code civil du Québec, L.Q. (art. 599 et 601), « les parents ont le droit et le devoir de procurer une éducation à leur enfant ». Dans l’article 15, on y lit : « Est dispensé de l'obligation de fréquenter une école l'enfant qui reçoit à la maison un enseignement et y vit une expérience éducative qui (...) sont équivalents à ce qui est dispensé ou vécu à l'école. »

Avant de partir, il faut d'abord informer l'école de notre projet. Puis, plusieurs possibilités s'offrent aux instructeurs-parents-voyageurs : pour de courts séjours, la méthode unschooling favorise l'apprentissage en fonction du vécu de nos écoliers curieux. Au pied des Pyramides de Gizeh, ils ont appris l'histoire des temps anciens. « Nous avons assistéà un cours en accéléré lors de la révolution en Égypte en février 2011. De tels évènements prennent une autre signification après les avoir vécus. Quelles leçons de politique, de sociologie et d’histoire pour nos jeunes! Ils comprennent la structure d'un gouvernement démocratique ou totalitaire; ils connaissent le rôle de l'armée et la définition du mot solidarité »,raconte Pierre Dury, le père de mes enfants.

Pour de longs séjours, nous avons opté pour une formation par correspondance. Le Centre National d'Éducation à Distance (C.N.E.D) couvre toutes les matières, le suivi des devoirs et les examens. Guillaume et son frère Jean-Cristoph ont été admis à l'université avec ce diplôme. Au Québec, le Cégep Maisonneuve offre aussi des cours à distance. Lors d'un voyage de trois à six mois, nous choisissons plutôt −pour certaines disciplines −des livres de maison d'éditions spécialisées reconnues par le Ministère. Nous complétons, pour les autres sujets, par une approche d'apprentissage par thèmes permettant de couvrir des connaissances tirées à partir du vécu. Par exemple, à cheval, dans les ruines de Copán (Honduras), un guide nous explique la triste histoire des Mayas anéantis par les conquistadores. Génial!

Le temps consacré à l'enseignement académique structuré varie. Environ quatre heures réparties en deux blocs de deux heures tôt le matin et en fin de journée. En réalité, les enfants de l'école buissonnière passent beaucoup plus de temps à apprendre : ils sont constamment témoins d'évènements qui viennent se greffer à leur bagage culturel. Au Nicaragua, Charles visitait une culture d'hévéa, où le latex est récolté en vue de fabriquer le caoutchouc. Il a observé le cytoplasme couler de la saignée de l'arbre. Guillaume et Louis-Philippe, après avoir nagé avec des dauphins sauvages dans la mer Rouge, s'inscrivaient à un cours de plongée en eau libre. Au milieu des coraux multicolores, des poissons-clowns et des poissons-lions, ils obtiennent leur certification PADI.

Enseigner à des enfants de différents niveaux reste toute une gageure. « C’est un défi de discipline et de constance! », ajoute Pierre Dury. La recherche du matériel pédagogique est primordiale. Il faut tout préparer d'avance, être à l'affût des opportunités, les exploiter et les orienter. Ces situations exaltantes stimulent le besoin de s'exprimer des jeunes. En tant que parents-professeurs, nous dirigeons cette expression vers l'écriture et la communication orale avec une pensée structurée. La tête encore fébrile, nos filles se jettent sur leur journal. Avec leur fusain, elles dessinent des croquis des gobies et ophiures vus dans la mer Rouge.  

Avantages
Une éducation expérientielle, remplie d'aventures, motive nos jeunes et augmente la compréhension. Le besoin encourage l'apprentissage et favorise l'acquisition. Il décuple nos sensations engourdies par la routine. Les difficultés sont travaillées individuellement. D'autres matières se greffent à leurs bagages comme la confiance en soi et le respect des autres. Le parent a également le loisir de décider quoi enseigner : tenir un budget ne fait pas partie du programme du Ministère, mais demeure primordial dans notre vie d'adulte. Dormir à la belle étoile, au milieu du Sahara, amène des questions philosophiques. Ces moments de félicité nous rapprochent les uns les autres.

Inconvénients
Se métamorphoser en professeur devrait être une tâche naturelle. Mais cela peut générer des émotions ou des impatiences. Notre souci de bien faire, d'exiger trop ou pas assez risque de paralyser nos élèves. Les motiver à travailler n'est pas toujours évident. Sur le bord d'une plage, sous les palmiers, à 30 degrés, la dictée doit se donner quand même! Délaisser les éléments que nous jugeons facultatifs demeure un risque.Qui aime insister sur l'imparfait du subjectif? « Je voulais qu'ils prissent leurs décisions de travailler par eux-mêmes et qu'ils me plussent et m'épatassent davantage! » Mais l'idée ne plaît pas à tous. D'autress'inquiètent de la sociabilité de nos jeunes. L'école en voyage implique de laisser les proches et d'aller à la rencontre des autres et d'établir de nouvelles connaissances.    

Retour en classe
Les petits voyageurs réintègrent leur groupe sans souci. En face d'eux : un tableau où défilent mille et un paysages en rêve. Le professeur les ramène vite à la réalité. Au moment de leurs tests, nous savons que l'essentiel ne se quantifie pas. L'autonomie, la confiance en soi et la soif d'apprendre ne s'évaluent pas. L'important germera plus tard. Ces aventures changent nos jeunes. Ils sont plus outillés devant leur avenir. Sac au dos, nos aînés se sont dirigés vers l'université. Les voyages ne remplaceront jamais le puits de savoir qui s'y trouve. Les chaussures de Jean-Cristoph lui font mal aux pieds. Il semble victime, pour quelques jours, du syndrome de l'aborigène en ville. Il vient d'échanger la liberté contre une vie au rythme effréné. L'aisance de la vie citadine cache un piège : celui du tourbillon de l'horaire chargé entre l'école, les examens et le travail. Nos enfants assoiffés d'apprendre, se lamentent du rôle passif, rigide et strict qu'on donne aux étudiants et au mode d'enseignement « papier crayon ». Ils se plaignent de la forme d'interrogation testant la mémoire et non le savoir-faire! L'aîné poursuit sa maîtrise en entomologie tropicale au Panama. Le troisième a préféré continuer avec un programme par correspondance : « Je n'ai pas besoin qu'on me lise ce qui est écrit mot par mot, je suis capable de le faire moi-même! » Avec le temps, un effet magique opère sur eux. Ils s'adaptent. D'autres projets se dessinent pour eux. Ils découvrent vite l'appel vers de nouveaux horizons. 

Références
• Loi de l'instruction publique : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/
• Objectifs du primaire et du secondaire : mels.gouv.qc.ca/scolaire/educqc/systemeScolaire/
• Matériel didactique approuvé par le Ministère : http://www3.mels.gouv.qc.ca/bamd/menu.asp

Association pour l’école à la maison
Site sur l'École à la maison : http://pages.infinit.net/touze/ecolemaison.html
Association Québécoise pour l'Éducation à Domicile : http://www.aqed.qc.ca/

Programme par correspondance
Programme de France avec correction et diplôme : www.cned.fr/
Cégep Maisonneuve, programme par correspondance : 
www.cegepadistance.ca/

Sites de familles expérimentées
• Famille Lavoie-Roberge : voilierbalthazar.ca
• Famille Mailhot-Manny : pages.infinit.net/vlimeuse
• Famille Giguère-Bourassa : catmousses.ca
• Famille Dury-Leclerc : familleavelo.muvmedia.com/familleavelo


Prise en compte des élèves intellectuellement précoces dans l'académie de Montpellier.

source : http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/reussite-educative-pour/eip

 

 

un lien trouvé sur le net, avec un fichier pdf téléchargeable plutôt destiné au corps enseignant

Myriam MANIFACIER - IA-IPR - Référente académique pour les « EIP ».

Prise en compte des élèves intellectuellement précoces dans l'académie de Montpellier.

La réussite d'un enfant intellectuellement précoce ou manifestant des aptitudes particulières nécessite parfois des aménagements de son parcours scolaire tels que les prévoit le code de l'Education dans son article L321-4" - Circulaire N° 2009 - 168 du 12/11/09 parue au BO n° 45 du 03 décembre 2009.

 

Il ne s’agit pas d’effectuer de repérage systématique en vue de dégager une élite, il ne s’agit pas non plus de créer des filières pour « surdoués"

Il s’agit d’apporter, en tant que de besoin, à des élèves ayant un profil singulier et des aptitudes particulières, la reconnaissance bienveillante de leur spécificité ainsi que l’aide et l’assistance pédagogique à laquelle ils ont droit pour qu’ils puissent étudier dans les meilleures conditions afin de s’épanouir à l’école et de réussir leur scolarité. Nous disposons d’un cadre officiel prescriptif et d’un ensemble de dispositions et de dispositifs pour élaborer des réponses à la situation des EIP en difficulté scolaire et/ou en souffrance ; pour ces élèves, nous devons agir, dans le cadre du fonctionnement collectif et dans le cadre de la classe, avec la même détermination et la même exigence que pour d’autres élèves qui connaissent des difficultés plus classiques.

 

lire la suite

 

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/reussite-educative-pour/eip

Classe de 5éme pour EIP

source: Académie de la Réunion

 

Par une circulaire du rectorat de la Réunion datant du 10 décembre 2011

on apprend :

 

"Le dispositif académique expérimental d'accueil spécifique pour les élèves intellectuellement précoces (appelés également à haut potentiel) au collège est étendu à la rentrée 2012 à la classe de cinquième.

Seront donc accueillis dans les deux collèges suivants, les élèves entrant en classe de sixième ou de cinquième :


- Collège de Montgaillard à St Denis

- Collège Marcel Goulette à Piton St Leu, avec internat possible.


La capacité maximale d'accueil sera, dans chaque établissement, de 24 élèves répartits sur deux classes de sixième et deux classes de cinquième (6 élèves maximun par classe)


Ces classes ont vacation à étre des lieux :

- de reconnaissance et de prise en charge de la spécifité intellectuelle et émotionnelle de ces élèves

- d'épanouissement social avec l'ensemble des élèves. "

 

 


 

des classes pour les EIP à la Réunion

source le journal de l'ile samedi 7 mai

 

Deux classes de sixième s'ouvriront en août prochain pour les enfants à haut potentiels ( les EIP), l'une au collège de Montgaillard ST Denis, l'autre à Trois Mares Le Tampon.

En tout 24 élèves dans chaque établissement.

Comment inscrire les enfants:

les dossiers d'inscription doivent ètre retirer avant le 20 mai.

Comme les écoles primairez sont en vacances jusqu'au jeudi 19 mai, le collège de Montgaillard profitera de l'école ouverte pour laisser l'accès aux parents qui souhaitent retirer un dossier, du 9 au 12 mai de 8h à 12h.

Attention le dossier doit absolument comporter un test spychométrique  effectué par un spsychologue.


Pour tout renseignements: Collège Montgaillard 0262 30 08 62

CMPP de Sainte-Suzanne

Centre Médico Psycho Pédagogiqueinte Suzanne Rue Pierre Mendès France41 SAINTE SUZANNE (La Réunion)
: 02 62 56 56 46
02 62 29 50 58

CMPP de Saint Paul

CMPP de Saint Paul

 

12 rue Jules Thiriel

Savanna Bat C

97460 SAINT-PAUL

Ile de la Réunion


Tél. : 02.62.22.

CMPP Henri Wallon

C.M.P.P.
6 rue Edmond Rostand - 97490 Ste Clotilde
Tél : 0262 21 50 74 - Fax : 0262 41 20 45

Le centre médico psycho pédagogique Henri Wallon est un li

Bonjour et bienvenue sur le site des Enfants Intellectuellement Précoces de l'Ile de la Réunion, et de l'Océan Indien.

Edito

 

 EIP974.com vous souhaite une bonne année 2014

 

Vous trouverez ici les documents, photos, vidéos,et informations mis à disposition du public 

Avertissement!!

Ce site est totalement indépendant et n'est lié à aucun organisme !! (association, mouvement, secte etc...) et  ne remplace, et ne remplacera, en aucun cas la consultation d'un professionnel  !!

 

 

Enfant précoce : une identité à double tranchant

 

  •  Clicanoo.re publié le 1er novembre 2012

 

Des professionnels de santé participent depuis hier, à l’Ermitage-les-Bains, à un colloque sur les enfants à haut potentiel intellectuel. Comment identifier la précocité, comment l’accompagner, quels en sont les risques ? Eléments de réponse avec le docteur Sylvie Tordjman, pédo-psychiatre à Rennes.

À quoi reconnaît-on un enfant précoce ou surdoué ?

Attention à ne pas établir des typologies. Chaque enfant a sa singularité contrairement aux trop nombreuses idées reçues qui circulent sur le sujet. Dans les grandes lignes, la précocité se traduit par une avance intellectuelle par rapport aux compétences de l’âge : un enfant qui parle très tôt, qui a du plaisir à manier les mots justes, capable de lire spontanément dès l’âge de 3 ans. Le repérage le plus fréquent, c’est l’éveil. Un enfant très réactif, qui surprend par sa vivacité d’esprit et sa capacité à plusieurs choses à la fois : écrire, dessiner, parler, etc.

Ce tableau laisse penser que la précocité est un atout dans la vie. Or, ce n’est pas toujours le cas. Pourquoi ?

Oui, on croit souvent que c’est tout bénéfice. Mais l’avance s’inscrit parfois dans une certaine différence qui va se transformer en difficultés : risque de marginalisation, d’exclusion voire même de victimisation. L’enfant peut se sentir rejeté, ce sentiment peut générer un traumatisme. L’identité de surdoué est à double tranchant.

À quel âge faut-il dire à l’enfant qu’il est différent ?

La question est de savoir s’il faut lui dire ou non. Si un enfant va bien, s’il est épanoui au niveau scolaire et affectif, il n’y a pas de raison de lui faire passer un test de quotient intellectuel. Par contre, s’il est en difficultés, s’il souffre d’anxiété ou d’hyperactivité, un test peut l’aider à changer le regard que l’environnement porte sur lui. Ça peut relancer chez lui une dynamique, dans sa famille, à l’école. Car il n’est pas facile de gérer seul les risques de dérapages liés à la précocité.

En quoi consiste ce repérage de haut potentiel intellectuel. Se résume-t-il à un examen de QI ?

Non, il s’agit d’un bilan global. Le QI n’est qu’une définition académique de l’intelligence. On évalue aussi le potentiel de créativité, l’investissement scolaire de l’enfant, son profil psycho-affectif : signes d’anxiété, de dépression, perte d’estime de soi, etc.

Le surdoué doute souvent de lui ?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, oui.

Mozart et Michael Jackson, deux cas d’école

30% des enfants précoces connaissent des difficultés scolaires. À quoi cela est-il dû ?

Le système scolaire ne prend pas suffisamment en compte les centres d’intérêts des enfants à haut potentiel intellectuel. Aux États-Unis, il existe des programmes d’enrichissement qui consistent à dégager du temps pour les activités qui plaisent particulièrement aux élèves. On évite ainsi l’ennui et on crée des motivations autour des centres d’intérêt. La France ferait bien de s’en inspirer.

Est-il conseillé de sauter des classes au primaire ?

Ma réponse sera là aussi très nuancée. Si l’enfant va très bien et que ça peut doper sa motivation scolaire, pourquoi pas. Mais si l’enfant est en difficulté, ça risque d’accentuer la pression exercée sur lui. L’enfant est-il prêt à perdre ses camarades ? A-t-il l’apparence physique pour se fondre dans une classe supérieure ? C’est une décision qu’il faut prendre en concertation avec l’équipe pédagogique et l’enfant.

Certains collèges de l’île proposent des classes spécialement dédiées aux enfants précoces. Êtes-vous favorable à cette sectorisation ?

Là encore, l’expérience montre que ça renforce l’identité du surdoué. Une étude a été réalisée à ce sujet aux États-Unis sur 50 adultes. Rétrospectivement, tous disent avoir mal vécu d’être séparés des autres. En même temps, ils ont apprécié la relation avec des enseignants plus aptes à valoriser leurs efforts. On en revient à l’intérêt des programmes scolaires enrichis.

L’un des ateliers du colloque se penche sur la personnalité de deux célèbres enfants surdoués : Mozart et Michaël Jackson. Deux cas d’école en matière de précocité ?

Oui, ils ont tous les deux été reconnus par leur génie artistique précoce. Michael Jackson pour sa chorégraphie, Mozart pour son jeu de piano virtuose, sa mémoire prodigieuse. Tous deux ont exprimé leur don par la musique, en baignant dans un univers familial de musiciens. Ils ont écrit leurs premières compositions à 5 ans, ont été reconnus socialement dès 8 ans en participant à des tournées mondiales.

Ces artistes se sont aussi distingués par des personnalités très tourmentées. La conséquence d’une précocité mal assumée ?

Sans doute, autant que les travers de la célébrité. Ils n’ont pas su gérer leur statut d’enfant star. On n’est pas acclamé de la même façon à huit ans et à trente ans. Mozart, notamment, a très mal vécu de ne plus être reconnu avec la même ferveur au fil du temps. Leur vie sociale et affective en a pâti. Mozart et Michael Jackson ont fini dans un grand isolement.

La morale de l’histoire, c’est qu’il n’aurait pas fallu les mettre en vedette si jeune ?

C’est un peu ça l’idée. C’est bien d’aider les enfants à haut potentiel intellectuel à s’épanouir, mais en même temps, il ne faut pas les geler dans leur identité de surdoué, au risque de conséquences délétères

Entretien : Vincent Boyer

 

 

 

 

 

source: Académie de la Réunion

 

Par une circulaire du rectorat de la Réunion datant du 10 décembre 2011

on apprend :

 

"Le dispositif académique expérimental d'accueil spécifique pour les élèves intellectuellement précoces (appelés également à haut potentiel) au collège est étendu à la rentrée 2012 à la classe de cinquième.

Seront donc accueillis dans les deux collèges suivants, les élèves entrant en classe de sixième ou de cinquième :

 

- Collège de Montgaillard à St Denis

- Collège Marcel Goulette à Piton St Leu, avec internat possible.

 

La capacité maximale d'accueil sera, dans chaque établissement, de 24 élèves répartits sur deux classes de sixième et deux classes de cinquième (6 élèves maximun par classe)

 

Ces classes ont vacation à étre des lieux :

- de reconnaissance et de prise en charge de la spécifité intellectuelle et émotionnelle de ces élèves

- d'épanouissement social avec l'ensemble des élèves. "